Comment les banques peuvent-elles éviter les cyber-attaques ?

crédit agricole alpes provence

Les cyberattaques sont de plus en plus fréquentes dans le monde. Les institutions financières ne sont pas en reste, pour ce qui est des attaques subies. Les résultats de certains sondages attestent que même les banques régionales seraient vulnérables et à la merci de ces attaques.

Si cet acte vise à subtiliser, dérober ou pirater des données informatiques depuis un réseau cybernétique, comment faut-il s’y prendre pour se mettre à l’abri ? Comment les banques régionales peuvent-elles éviter les cyberattaques ? Le regard rivé sur le Crédit Agricole, nous nous focaliserons sur deux pratiques mises sur pied pour faire face aux cyberattaques.

La collaboration effective entre les acteurs du Crédit Agricole

Les institutions financières telles que les mutualistes ont pensé à se tourner vers une collaboration entre les différents maillons de leur groupe. C’est le cas du Crédit Agricole d’Île-de-France qui est entré dans une coopération entre le GIE informatique du Crédit Agricole Technologies Services, le Crédit Agricole S.A. ainsi que les 38 autres caisses régionales du Crédit Agricole dans le but de démasquer la moindre faille, la moindre intrusion.

Bien évidemment, chaque partie a son rôle à jouer et doit collaborer pour que tout cela soit effectif. Cela va en collaboration étroite avec la directive New Information and Security (NIS). Celle-ci se rapporte aux dispositions à prendre dans le but de s’assurer que la sécurité pour ce qui est des réseaux et des systèmes d’information est à un niveau vraiment haut dans les pays européens. Elle a pour but de sensibiliser les entreprises sur les risques de piratage de leurs réseaux, en plus de renforcer la collaboration en ce qui concerne les méthodes et stratégies utilisées dans la lutte contre les cyberattaques. Cette directive tourne autour de quatre points principaux :

  • le renforcement des capacités nationales de cybersécurité
  • la mise sur pied d’un espace de coopération volontaire entre États membres de l’UE
  • le renforcement de la cybersécurité d’opérateurs de services essentiels pour chaque pays
  • l’institution de règles européennes s’appliquant à tous, en ce qui concerne la cybersécurité des prestataires de services numériques dans le secteur de l’informatique en Cloud, des moteurs de recherche et places de marché en ligne.

Ainsi cette directive s’assure de renforcer tout le système informatique institutionnel européen pour prévenir de potentielles attaques.

La mise en application du RGPD.

Connue en français comme sous le sigle RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), cette loi européenne met l’accent sur la protection des informations personnelles. Elle a aussi pour objectif de standardiser les lois se rapportant à la protection des données dans l’Union européenne et cela, peu importe le pays où les données sont traitées.

Cette loi impose des sanctions allant jusqu’à 4 % du chiffre d’affaires annuel aux entreprises du secteur des finances et les oblige à informer les clients concernés. Ils seront ainsi complètement assurés de la transparence du groupe (dans le cadre du traitement de leurs données) et assurés que leurs données sont soigneusement conservées et exploitées.

Au vu des mesures prises, les banques et les différentes institutions européennes font tout leur nécessaire pour assurer la sécurité de vos fonds, mais aussi celle de vos données personnelles. De cette manière, vous pouvez continuer à profiter de vos services bancaires sans risques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *